Dans notre pays, chaque mairie porte à son fronton une bien belle devise : « Liberté, Égalité, Fraternité ». Et chaque camp politique y va de sa valeur de référence, en reprochant à l’autre de sacrifier la liberté, ou au contraire d’être inégalitaire. La petite dernière, la fraternité, est bien souvent reléguée au dernier rang, et on finit par ne plus la trouver que dans la religion ou le communautarisme.